Phototormenta


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Planche d'expo définitive:

Aller en bas 
AuteurMessage
Henri Buffetaut
supercellule
supercellule
avatar

Nombre de messages : 10246
Age : 31
Localisation : Milan / Versailles
Emploi : Architecte
Date d'inscription : 18/09/2006

MessageSujet: Planche d'expo définitive:   Ven 5 Jan - 16:55



Les orages isolés:


Les orages isolés se forment généralement en cours et en fin d'après midi de printemps ou d'été. Leur origine est due à un fort ensoleillement qui chauffe le sol de manière irrégulière. L'air chaud étant plus léger que l'air froid, celui-ci monte et se condense pour former un petit nuage innofensif: le Cumulus.



Seulement voilà, lorsqu'il y a de l'air froid en altitude, ces courants d'air chaud ascendant se renforcent et montent, montent.............

Parralèlement, au fur et à mesure que cet air chaud monte, le nuage prend de l'expantion et devient de plus en plus haut.

Visuellement, cela se traduit par un nuage en forme de choux fleur plus ou moins élevé.





A ce stade, les averses sont probables et les nuages peuvent très rapidement dégénérer en Cumulonimbus d'orages.


Voici à quoi ressemble un orage isolé vu de loin:





Voici un petit shéma explicatif:






Généralement, ces petits orages ont une durée de vie assez courte et ne sont pas très violents. Toutefois, comme partout il existe des exeptions et de puissants orages peuvent etre parfaitement isolés
Il faut bien comprendre que même un orage de faible taille ou qui semble en voie de dissipation présente un grand nombre de risques liés aux phénomènes orageux.

Tout d'abord, ces orages occasionnent des averses qui restent localisées, mais qui peuvent s'avérer violentes.

Celles-ci sont toujours dues aux courants d'air qui animent les orages. En effet, lorsque l'air chaud a atteind un point d'équilibre en haute altitude, il s'effectue un courant d'air descendant visuellement repérable par un rideau de pluie.


Au début de sa formation, l'orage isolé est formé de deux parties distinctes. Une zone sombre qui alimente l'orage et une zone flou duquel pend un léger rideau de pluie










Puis, le courant d'air descendant refroidit s'étend à tout le nuage qui se destructure immanquablement.

Les pluies deviennent moins fortes, mais s'étendent à toute la base du nuage.


Voici à quoi ressemble de loin un orage isolé en destructuration.




Passons désormais à la foudre.

C'est sans doute le phénomène le plus impressionant, le plus remarquable de l'orage.

Les champs électriques d'un nuage d'orage sont alimentés essentiellement par deux facteurs :

la force des ascendances et des descendances, dont la vitesse peut dépasser 25 m/s;

la présence simultanée dans le nuage de particules de glace lourdes et légères

Ces particulent ballotées dans tous les sens se choquent, s'entrechoquent et ces infimes et innombrabres frictions créent de fortes quantités d'électricité statique qui s'écoulent en forte décharges électriques:Les éclairs.

Du point de vu électrique, les cas sont variés dans ces orages et l'activité electrique ne prédomine pas toujours.
Lors de très fortes chaleurs, les coups de foudre peuvent s'échapper depuis le sommet du nuage.




Mais ces cas sont assez rares en France. La plupart du temps, l'activité électrique est assez modérée, elle est essentiellement contenue à l'intèrieur du nuage (activité internuageuse, entrecoupé de rares coups de foudre)


. Mais il arrive que dans certains cas des orages isolés à base (nuageuse) élevée se forment et donnent lieu à des éclairs très réguliers et très ramifiés

Voici à quoi ressemble un coup de foudre issu d'un orage récent.


Dans ces orages, il n'est pas rares que certains coups de foudre se produisent en milieu totalement sec et occasionnent des départs d'incendies.









Les dernières photos sont particulièrement parlantes, nous pouvons suivre l'esssentiel de l'activité electrique par rapport à la structure du nuage.

On voit assez clairement que le plus gros des coups de foudres se manifestent dans la limte de la zone de pluie.


Enfin lorsque l'air chaud se raréfie, nottament à caude de l'air froid du sillage de précipitations, le nuage orageux se délite pour laisser place à un vaste nuage irisé d'altitude, le cirrus Spissatus.


Les derniers éclairs rampent sous le nuage moribond



Enfin l'orage une fois mort offre ce spectacle!!!


Enfin, voici un exemple des intensités de foudre que donnent de tels orages. (nottament sur les Alpes):
Des orages localisés en général assez modérés.

Je tiens à remercier pour leur participation iconographique messieurs Pierre Paul Feyte, Vincent Lhermet ,Samuel Desmarchais, Sebastien Loit, Alain Herraut ainsi que Christophe Asselin.

[/center]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phototormenta.actifforum.com
 
Planche d'expo définitive:
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation du livre "Semois sauvage" 24/9 à 19h + expo Beluxphoto à Florenville
» EXPO WIEZE 2 & 3 OCTOBRE 2010 PHOTOS
» Japan Expo 10 (2009)
» Made in Asia (Brussels Expo 14-15/03/09)
» Après Japan Expo 2008 (photo et résumé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phototormenta :: Edito-
Sauter vers: